Télécharger la ficheTéléchargement pdf

DÉBRIDEMENT, ABRASION ET MICROFRACTURE
dans le GENOU ARTHROSIQUE


Ces interventions ont pour but de réduire les contraintes articulaires sur le cartilage, et de prévenir la mobilisation et la libération de fragments macroscopiques ou de molécules chimiques responsables de synovites et donc d'alimenter un cercle vicieux mécanique et inflammatoire diminuant la fonction du genou.


LAVAGE


Au cours de l'arthroscopie, le lavage au sérum physiologique permet de retirer des fragments libres microscopiques et macroscopiques de cartilage et de substances chimiques capables d'induire une synovite.
Le lavage est un acte commun à toutes les autres techniques.

Les suites opératoires sont celles de toute arthroscopie.

Ablation de fragment de cartilage
Ablation de fragment de cartilage

DÉBRIDEMENT


Les gestes de débridement effectués sous arthroscopie visent à régulariser les lésions méniscales et cartilagineuses, à émousser les ostéophytes intra-articulaires, enlever les corps étrangers libres qui pourraient perturber la mobilité articulaire, et effectuer une synovectomie a minima des zones hypertrophiques.
Les suites opératoires sont celles de toute arthroscopie.

Régularisation de cartilage
Régularisation de cartilage

ABRASION ARTHROSCOPIQUE


Elle a été largement diffusée après les travaux de Lanny JOHNSON dans les années 1980-90. Il s'agit comme dans le principe des perforations de PRIDIE (perforation de la plaque osseuse sous chondrale) d'aviver l'os scléreux jusqu'en zone vascularisée souschondrale pour permettre la formation d'un caillot sanguin qui va se fixer sur ces zones avivées et permettre le développement d'un fibrocartilage à partir des cellules omnipotentes contenues dans ce caillot. Cette abrasion arthroplastique se fait avec des fraises motorisées sur un shaver.


Abrasion à la fraise motorisée
Abrasion à la fraise motorisée
fibrocartilage en cours de formation à 5 mois
fibrocartilage en cours de formation à 5 mois

La récupération d'un fibro cartilage est longue en raison du caractère biologique de la réparation (4 à 6 mois)

Les suites opératoires nécessitent la mise en décharge du membre opéré pendant deux mois et un programme de rééducation débutant le jour de l'intervention (activité passive et active articulaire et musculaire, glaçage...).
Les patients avec un varus ou valgus important, et les obèses ne peuvent pas bénéficier de ce traitement car les résultats sont mauvais.


TECHNIQUE DE MICROFRACTURES


Décrite par Rodrigo vers 1994, il s'agit de pratiquer la perforation de la zone osseuse souschondrale avec un perforateur spécialement adapté après avoir effectuer un curetage et avivement des berges cartilagineuses scléreuses et abimées. Le principe biologique est le même que précédemment.

Les suites opératoires nécessitent la mise en décharge du membre opéré avec appui contact avec cannes pendant deux mois et un programme de rééducation débutant le jour de l'intervention (activité passive et active articulaire et musculaire, glaçage...).

Technique de microfractures

NOTRE OPINION


Les techniques de débridements arthroscopiques n'ont pas montré une grande efficacité. Les bons résultats publiés dans la littérature sont de 50% à 65%, à court et moyen terme et se dégrade dans le temps. Ces techniques non invasives peuvent permettre de retarder l'heure de la prothèse de genou.
Le rôle de ces techniques est donc moins important aujourd'hui qu'il ne l'était dans les années 1980-1990: la Viscosupplémentation est une nouvelle arme thérapeutique pouvant contrebalancer ces indications chirurgicales.

Les meilleures indications sont à réserver aux patients présentant une symptomatologie mécanique de blocage, d'accrochage méniscal, ou ayant des corps étrangers mobiles intra-articulaires.


Dernière mise à jour : 1er mars 2011

orthopale.org
orthopale en anglais