Télécharger la ficheTéléchargement pdf

SPORT et PROTHÈSE DE HANCHE


La Prothèse Totale de Hanche (PTH) est l'intervention prothétique la plus ancienne et la plus commune.


Depuis quelques années, de nouvelles techniques (Mini voie d'abord, nouvelles technologies de fabrication des composants des prothèses...) ont amélioré les suites opératoires et la reprise d'activités physiques.


Le retour à des activités sportives ou professionnelles sollicitant la hanche est une demande de plus en plus présente de la part des opérés. Il est difficile de préciser une attitude unique.

Le chirurgien est seul en mesure de vous conseiller en fonction de la technique qu'il a utilisé, des implants mis en place, de vos capacités physiques et sportives antérieures, et de votre demande.


Il est conseillé de toute façon de différer toute reprise sportive pendant les 3 à 6 mois post-opératoires.


- Certains sports sont déconseillés fortement : course à pied, ski nautique, football, rugby, handball, sports de combat, squash.


- Certains sont permis sans restriction particulière : natation, voile, plongée, bowling, vélo, golf, gymnastique "aérobic"


- Un certain nombre d'autres activités peuvent être pratiquées sous contrôle et en fonction de votre niveau antérieur : randonnées de montagne, patinage, tennis (en double et sur terre battue de préférence), danse, musculation.


Malgré cela, les chirurgiens peuvent accéder à la demande insistante des patients en fonction des éléments cliniques, psychologiques et techniques (chirurgie, matériaux de la PTH, etc.) au cas par cas.

Il faut garder à l'esprit que vous êtes porteur d'une hanche artificielle constituée de matériaux qui ne sont pas inusables et qui peuvent soit se rompre sous un choc important ou après la répétition de microchocs. L'os entourant et fixant la PTH est également sollicité de manière non physiologique et peut réagir à des excès de sollicitations (fracture, descellement...)


Il faut donc éviter tout risque de chocs violents ou répétés, et privilégier des activités hors compétition pour améliorer la survie des constituants de la prothèse et donc éviter une réintervention chirurgicale aux conséquences imprévisibles.


Le tableau ci-dessous n'est pas exhaustif et ne prétend pas constituer une recommandation absolue, mais il est sage d'en prendre connaissance avant de choisir une pratique sportive. L'opéré pourra choisir en toute responsabilité avec ou sans l'accord de son chirurgien.


Sport et prothèse de hanche


Une hypersollicitation de la PTH peut entraîner usure, descellement, fracture de l'implant ou de l'os periprothétique, luxation.


Dernière mise à jour : 1er mars 2011

orthopale.org
orthopale en anglais